x
En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation de cookies susceptibles de réaliser des statistiques de visites. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Le magazine particuliers

Acheter aux enchères : tout ce qu’il faut savoir !

Chambres de bonne, appartements, maison, terrains, parkings… tous les biens immobiliers peuvent être acquis au cours d’une vente aux enchères. De bonnes affaires y sont possibles, à condition de connaître quelques règles.

Imprimer cet article

Plusieurs types de ventes

Il existe trois sortes de ventes aux enchères immobilières :

  • celles des domaines : lorsque l’Etat se défait de ses biens. Elles sont publiées au Bulletin Officiel d’Annonces des Domaines (BOAD) et se déroulent les 5 et 20 de chaque mois à la Direction nationale d’interventions domaniales, à Paris, et en province, dans les salles de ventes ou magasins domaniaux. Les ventes judiciaires ou liquidations et saisies immobilières. Elles nécessitent la présence d’un avocat et sont organisées devant le Tribunal de Grande Instance ;
  • les ventes des notaires accessibles à tous. Elles ont lieu dans les chambres départementales des notaires, tous les mardis à Paris et une fois par mois en province.

Quelques étapes importantes

Acquérir un bien immobilier nécessite quelques précautions pour conclure une bonne affaire. Avant de s’engager dans une vente, il est donc important d’avoir bien lu les annonces et de connaître précisément la nature des lots mis en vente afin de définir correctement le prix limite à se fixer lors des enchères. Une visite des lieux avec un spécialiste de l’immobilier est indispensable : Elle permet, par exemple, d’évaluer le montant des travaux et de connaître le prix du marché pour ce type de patrimoine. Une fois votre décision prise, vous devez avoir préparé votre règlement. L’acquéreur qui ne pourrait pas payer serait soumis à la « folle enchère » : Le bien est remis en vente. S’il est vendu moins cher, l’enchérisseur défaillant est tenu de payer la différence sans devenir propriétaire.

En revanche, si l’acquisition se fait en dessous du prix du marché, l’administration publique ne peut contester la vente d’un bien en séance publique : aucun redressement fiscal n’est donc à craindre.

Plus d’info :

© Uni-Editions – octobre 2009

Imprimer cet article

© Crédit Agricole 2011